L’anxiété chez l’enfant

- 13 avril 2020

Depuis plus d’un mois maintenant, notre quotidien a changé : plus de crèche, plus d’école, plus de travail, un méchant virus qui traine…. Là où les plus grands vont pouvoir mettre des mots sur leurs ressentis, les plus petits eux, peuvent développer une certaine anxiété.

Mais qu’est-ce que l’anxiété ? C’est une réaction de peur face à quelque chose qui nous est inconnu, face à une impression de danger. Et des choses inconnues, en ce moment, il y en a beaucoup. Ce sentiment est souvent amplifié par l’imaginaire, c’est pourquoi, il est primordial de rassurer l’enfant et de ne pas le laisser seul face à ce sentiment.

La peur est, elle, une émotion face à un danger réel (par exemple une araignée). Quand cette émotion surgit, notre corps se met en tension et se mobilise pour y faire face et la surmonter.

Les causes de l’anxiété chez l’enfant peuvent être variées :

  • La période d’angoisse du 8eme mois : vers 8, mois, l’enfant qui croyait faire partie du corps de sa mère comprend qu’il est un être séparé. Période d’angoisse alors car si l’autre est un individu à part entière, cela veut dire qu’il peut s’éloigner.
  • Un changement important :  la naissance d’un petit frère ou d’une petite sœur, une nouvelle nounou , un virus qui traîne, un déménagement, peuvent occasionner une anxiété temporaire.
  • Un manque de rituel et de règles : pouvoir prévoir c’est pouvoir anticiper et donc lâcher prise. Un flou dans l’organisation et les repères va être difficile à vivre pour lui.
  • L’anxiété de l’adulte : les enfants sont des éponges et voir son parent anxieux peut générer le même sentiment chez lui

Si cette anxiété prend de l’ampleur (cauchemars, colère, manque d’appétit…) il est important de trouver des manières d’atténuer les craintes de votre enfant :

  • Instaurez des rituels pour les moments clés de la journée, comme le coucher. Les repères spatio-temporels sont importants pour le tout-petit. Plus il pourra anticiper les choses, plus il sera serein. C’est pourquoi, en ces moments de confinement, il faut rythmer les journées, se lever, s’habiller….
  • Faire des jeux de caché-coucou avec votre tout petit et lui proposer des jeux de transvasement. Il apprendra ainsi que ce qu’il ne voit pas n’a pas pour autant disparu et qu’il peut avoir une action pour le faire revenir.
  • Lui proposer un doudou, aussi appelé objet transitionnel, qui l’aidera à se rassurer en votre absence.
  • Pendant la journée, faire des jeux de rôle avec des poupées ou autres et faites revivre des situations à votre enfant.
  • Servez-vous de l’imaginaire des plus grands pour « combattre » cette anxiété, cape de super héros, dessin sur la porte, attrape-cauchemars ….
  • En ces temps inédits, imaginez un temps de parole en famille le soir pour que chacun puisse exprimer ses émotions. Les plus et les moins de la journée par exemple, il pourra ainsi se savoir entendu dans son mal-être.
  • Parlez-lui, demandez-lui de mettre des mots sur ce qu’il ressent et répondez à cette anxiété par des réponses simples et adaptées à son âge. S’il ne parle pas, prêtez-lui vos mots. Faites-lui comprendre ce qui se passe dans son corps « Tu ouvres grand les yeux et je sens ton cœur palpiter bien vite, je suis là pour toi ». Votre calme et vos mots le rassureront. 
  • Ne vous moquez pas de lui, bien au contraire, montrez-lui que, vous aussi, vous n’êtes pas toujours à l’aise. Savoir que vous pouvez être anxieux lui permettra de vous en parler et de ne pas se sentir seul face à cela.
  • Si un changement est prévu (arrivée d’un deuxième enfant, déménagement, confinement……) Expliquez lui-ce qui va se passer « concrètement » dans son quotidien, ce qui va changer.
  • Mettez en place des ateliers de relaxation avec lui type yoga ou sophrologie.
  • Les livres peuvent aider votre enfant à se projeter et donc à surmonter cette anxiété. N’hésitez pas à prendre des livres qui font peur type «Chhhhht » de Sally Grindley ou «  Va t’en Grand Monstre Vert » d’Ed Emberley. Ces expériences les font grandir.

Il est normal, pour un jeune enfant, de ressentir de l’anxiété et c’est par votre calme et vos mots que vous l’aiderez à la surmonter.